Poésies complètes, d’Arthur Rimbaud

Ne devinez-vous pas pourquoi je meurs d’amour ?
La fleur me dit : salut; l’oiseau me dit bonjour.
Salut : c’est le printemps ! C’est l’ange de tendresse !
Ne devinez-vous pas pourquoi je bous d’ivresse !
Ange de ma grand’mere, ange de mon berceau.
Ne devinez-vous pas que je deviens oiseau,
Que ma lyre frissonne et que je bats de l’aile
Comme hirondelle ?…

[…]

Puis comme on vient m’enlever mes moindres papiers dans mes poches, la nuit et le jour, j’ai cousu ces vers en bas de mon dernier vêtement, celui qui touche immédiatement à ma peau, et pendant l’étude, je tire, sous mes habits ma poésie sur mon coeur, et je la presse longuement en rêvant…

Publicités

Une réflexion sur “Poésies complètes, d’Arthur Rimbaud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s