Le requiem des abysses, Maxime Chattam

L’homme avait violé la terre.
Il l’avait perforée pour passer sous sa peau les veines de la civilisation. D’abord ses déjections,  puis à présent son système nerveux. 
Après les égouts, le métropolitain. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s