Stephen King, Joyland

Car je savais déjà ce que serait mon avenir : écrire des romans et le genre de nouvelles que publie le NewYorker. J’avais déjà tout prévu.  Évidemment j’avais aussi prévu le mariage avec Wendy Keegan. Et l’arrivée des enfants pas avant la trentaine : quand t’as vingt et un ans, la vie est nette comme une carte routière.  C’est seulement quand t’arrives à vingt cinq que tu commences à soupçonner que tu tenais la carte à l’envers… et à quarante que t’en as la certitude.  Quand t’atteins les soixante, alors là,  crois-moi, t’es definitivement largué. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s