Désolation de Stephen King

Il descendit la fermeture à glissière de sa braguette – lui, John Edward Marinville en personne, l’homme que, dans Harper’s, on avait baptisé « l’écrivain que Norman Maileve a toujours rêvé d’être », l’homme que Shelby Foote avait un jour qualifié de »seul écrivain américain vivant de la stature de John Steinbeck » – et sortit son stylo d’origine pour pisser dans le désert une copie anonyme.

Image cliquable
Publicités

2 commentaires sur “Désolation de Stephen King

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑