« Crime et chatiment » de Fiodor Dostoïevski

Elle était d’un naturel rieur, gai et pacifique, mais par suite d’incessants malheurs et déconvenues, elle commençait à désirer et à exiger avec tant d’acharnement que tous vécussent en paix et dans la joie et ne se permissent pas de vivre autrement, que la plus légère dissonance dans la vie, la moindre malchance la mettaient aussitôt presque hors d’elle et qu’en un clien d’oeil, après les rêves et les espoirs les plus éclatants, elle commençait à maudire le sort; à tempéter et à se cogner la tête contre le mur.

Clic sur l’image pour découvrir le livre
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s