Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand Céline 

Elle était dedans. Pas de costume, pas de paillettes, pas de lumières, pas de sourire pour la tromper, pour lui faire des illusions à elle, sur les siens, elle les retrouve où ils se cachent les siens; elle s’amuse à les faire chanter seulement en attendant leur tour, toutes les bêtises de l’espérance. Ça la réveille, et ça la berce et ça l’excite la misère. 

Clic sur l’image!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s