In tenebris de Maxime Chattam

La voie express ne desemplissait pas : un ruban polluant et bruyant.  La jeune femme avait fait un tour complet sur elle – même.  Le clapotis l’attira. Des sacs plastiques flottaient sur l’eau,  semblables à des méduses industrielles. Plus loin,  un bidon vide jouait avec la surface à côté d’un préservatif.  L’homme était partout.  Le conquérant victorieux d’une terre qui n’était pas en guerre. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s