Critique sur « carnets noirs » 


Carnets noirs, il n’y a plus d’espoirs.

Plus d’espoirs pour John Rostein, assassiné sous les mains d’un fanatique, Morris Bellamy, pour quelques coups de stylos. 

Carnets noirs (« Finders keepers » en anglais), une suite de M. Mercedes, nous ramène aux côtés des anciens protagonistes. Ce livre nous révèle, tout l’amour que porte ce cher et tendre flippant Stephen King pour la littérature, en nous énonçant une liste de livres qui pourraient, pourquoi pas, grossir votre PAL. 
Certes très appréciable, ce livre manque de l’âme horrible de Stephen King, je ne le recommanderais pas à un novice qui voudrait rencontrer l’auteur. 

Où sont ces brûlures papillaires qui nous hantent et nous tordent les doigts à cause de cette adrénaline remplie de nos peurs enfantines ? Où  sont ces cauchemars qui défilent sous nos yeux, ces peurs de tourner la page ? 


Article sponsorisé par Clairefontaine. Pour que les rêves et les cauchemars continuent de nous émouvoir. Merci à eux. 


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :